L’histoire de mes cheveux + Premier flop de l’année.

Bonjour à toutes. Je tiens d’abord a vous dire que je ne vais pas m’excuser une fois de plus pour mon absence injustifié tout simplement car je l’ai déjà trop fait. De plus, je pense qu’il est normal que, lorsque je n’ai rien à dire sur quoi que ce soit, je me taise. Je n’ai pas envie de faire des articles a la one again bistoufly pour me dire « Ok, c’est bon, j’ai posté un article cette semaine/ce mois, je suis maintenant tranquille. »

Bref. Aujourd’hui, on va parler cheveux.

Pour commencer, l’histoire de mes cheveux n’a jamais vraiment entre 1997 et 2013. Mis à part les nombreuses fois ou j’ai voulu tout couper pour les avoir courts et au final me dire : « Je ne les couperais plus jamais. » Croyez le où non, c’est actuellement ce que je me dis quand je regarde ma tête dans un miroir. C’est à dire chaque matin. J’ai encore une fois réitéré cette expérience, je me dis que peut-être un jour j’aurai la révélation des cheveux courts. Je vous redis ça dans trois ans.

De base, mes cheveux sont.. bizarres. Parfois blonds foncés parfois châtains clairs et d’autre10659300_206506442856218_885577846319397993_ns fois blonds vénitiens. Oui, je vous parle bien de ma couleur naturelle. Mais au final, tout dépendait de la saison. À partir de 2012, ma grande histoire d’amour avec les colorations a commencé. J’ai d’abord tenté un petit éclaircissement, plutôt réussi, je ne me souviens pas avoir eu d’avis vraiment concret à cette époque. Je me souviens juste que c’était une coloration de super marché sans ammoniaque car Maman y tenait.

10423666_188111644695698_7046042700715128720_nPlus tard, après avoir obtenu mon premier diplôme professionnel, ma tante a eu la gentillesse de bien vouloir m’acheter une seconde coloration, cette fois-ci j’avais choisi un cuivré. Un roux pour les moins pointilleux(ses) d’entre vous. J’étais dans une période cheveux courts à ce moment, et je trouvais mes cheveux roux très mignon.

 

544947_244343802405815_6435332473137191228_nQuelque dégorgement de couleur plus tard, nous sommes en novembre 2014. La coiffeuse de mon quartier a besoin d’aide pour les périodes de Noël car sa belle sœur et employé vient d’avoir sa petite fille, heureux événement, mais pas vraiment au bon moment. Volontaire, je me propose. Durant une journée, je vais m’essayer au shampoing sur dame âgée, la préparation du café et balayé les cheveux ornant fièrement le sol du salon. Pour me remercier, la gentille Véronique m’offrira une coloration. Ce n’est pas pour me déplaire. Cette fois-ci, nous tenterons le auburn à la Emma Stone. Une couleur qui m’a tout de suite aguiché, le coquinou.11870729_370326409807553_6793295768239999847_n

Après une assez longue période sans rien faire, mon blond foncé me manque, je décide de trahir Véronique et d’aller dans un salon dont la spécialité serait les colorations. Grosse déception quand au final je me retrouve châtain foncé et quand, en plus je me retrouve a payer 47€ alors que je pensais en avoir pour 26€. La fourberie des coiffeurs. Depuis ce jour, la guerre avec les experts capillaires a été déclenché.

Je décide il y a quelques mois de couper ma tignasse, encore une fois je pensais bien faire, dans la foulé, je cours chez Monop’ et quelques minutes plus tard, je me retrouve 12841243_442455112594682_7996373209659739062_ocontorsionné dans ma salle de bain de 3m² que je partage avec une colocataire offusqué du fait que « j’ai coupé  mes jolies cheveux longs ». Une fois de plus j’ai pris un genre de auburn discret. À peine quelques semaines plus tard, mes cheveux repassent sous le pinceau, juste histoire de raviver leur couleur.

 

J’ai recommencé ce week-end, je m’étais promis d’attendre encore un peu, histoire d’avoir quelques longueurs ou bien faire ça après un undercut que je me tâte a faire mais j’ai craqué. J’ai entraîné chouchou et son porte feuille au supermarché et après avoir pesé le pour et le contre de chaque colorations, je me décide. On va reprendre l’avis de Maman, du sans ammoniaque pour ne pas abîmer les cheveux. Je jette mon dévolu sur la gamme Olia de chez Garnier, plus cher que ce que je prends d’habitude mais en général, dans ma tête je pense que le plus chère est forcément de meilleur qualité et je suis sur de ne pas être la seule a penser ça, n’est-ce pas ? Et puis, ça faisait un petit moment que je voulais me mettre au rouge bordeaux sur ma jolie tignasse.

Et bien nous voici arrivé à la seconde partie de cette article.

LE PERMIER FLOP DE L’ANNÉE.

Olia-©-koidin-Dion.png

Olia promet mondes et merveilles. Mais fait très vite déchanter.

Point fort :

Un grand choix de couleurs.

Un jolie packaging, original en plus de ça.

Une composition sans ammoniaque.

Une odeur plutôt agréable.

Un soin après coloration avec une contenance et un format qui permet la réutilisation entre trois a cinq fois selon la longueur des cheveux.

Point faible :

Prix. (À partir de 10,90€)

Packaging jolie mais pas du tout ergonomique.

La texture qui est plutôt sèche par rapport à se que l’on pourrait penser.

Quantité de produit un peu insuffisante et pourtant j’ai des cheveux courts (mais épais).

Un bain de sang au rinçage.

La couleur ne tient pas.

Le résultat était catastrophique, explications :

J’ai fait ma coloration comme d’habitude, avec l’aide de Belle-maman pour l’arrière de ma tête. J’ai commencé par appliquer le produit sur les racines et ensuite sur les longueurs. Après une demi heure d’attente, comme indiqué sur le papier fourni, je rince ma petite tête et après séchage une catastrophe totale. La pointe ainsi que les racines sont colorées dans un rouge ultra vif mais la longueur est resté intact, comme s’il s’agissait d’une mauvaise blague. J’observe pendant un long moment en me demandant comment faire. Heureusement il me reste du produit. Je vais donc recommencer l’opération mais uniquement sur mes longueurs cette fois. Au final, j’ai rattrapé le coup mais je ne peux décidément pas resté avec une chose aussi affreuse collé a ma cheveux.

On voit très clairement que la couleur n’est pas uniforme, délavée, et j’ai même des endroit pas du tout coloré et encore, je n’ai pas réussi a prendre la face arrière. Je vous laisse voir par rapport a la teinte indiqué sur la boite.

garnier-olia-coloration-n-deg-6-6-rouge-intense

Il est clair que c’est un flop total avec cette coloration. Et ca ne s’arrête pas là ! Puis que deux jours plus tard, je prends ma douche et me lave les cheveux, en prenant un shampoing pour cheveux colorés. J’ai vraiment été choqué de voir a quelle point la couleur continué de dégorger mais le pire c’est que mes cheveux s’était considérablement éclairci, passant d’un rouge potentiellement passable a quelque chose de délaver, la seconde douche fut encore pire. Une couleur qui ne prends pas et qui ne tient même pas après deux shampoing. Une honte. Finalement, j’ai appelé Véronique et la misère fut considérablement rattrapée. Résultat des courses, je pense que je prendrais plus souvent rendez-vous chez le coiffeur pour mes couleurs et en cas d’urgence, je reprendrais mes vieilles habitudes avec Saint-Algue.

Bisous les filles. En espérant vous éviter de vous faire avoir ! À très vite.

13457806_482141028626090_1356123387_n

 

 

PS/ Finalement, voilà le résultat que j’ai obtenu grâce a ma coiffeuse. Y a pas photo, c’est clairement mieux comme ça.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s